Bénédicte Machiels est chercheur qualifiée F.R.S.-FNRS. au sein du laboratoire d’immunologie-vaccinologie de la faculté de Médecine vétérinaire de l'ULiège. Elle s'intéresse aux mécanismes qui déterminent la polarisation des monocytes-macrophages vers un profil pro-inflammatoire ou régulateur et sur les conséquences à long terme de cette "éducation" pour l’immunité de l’hôte.

imageLarge

Des recherches innovantes

Les travaux primés ont fait l’objet d’une publication dans Nature Immunology et ont mis en évidence, dans le modèle murin, l’importance de l’historique d’infection dans la sensibilité individuelle face au développement de l’asthme allergique.

Alors que la plupart des infections virales sont considérées comme des facteurs d’exacerbation de l’asthme allergique, les résultats de Bénédicte Machiels ont révélé que l’infection antérieure par un gammaherpèsvirus inhibe complètement le développement de cette pathologie. À l’origine de cette protection, le rôle essentiel des monocytes régulateurs a été démontré, se différenciant et s’établissant à long terme en tant que macrophages alvéolaires, pour empêcher l’initiation d’une réponse allergique pulmonaire.

Ces résultats illustrent l’importance des facteurs environnementaux pour moduler notre système immunitaire. En particulier, cette étude révèle qu’une infection virale est capable de façonner notre système immunitaire inné à long terme, expliquant une partie des sensibilités individuelles quant au développement des réactions allergiques.

En illustrant les effets bénéfiques de certaines infections virales pour l’hôte, ces résultats revisitent également la vision habituelle des virus en tant qu’agents infectieux forcément délétères.

À l’heure où l’incidence des immunopathologies allergiques ne cesse d’augmenter, la compréhension des mécanismes moléculaires à l’origine de propriétés régulatrices induites par les gammaherpèsvirus pourrait contribuer à la compréhension de la physiopathologie de l’asthme et dégager de nouvelles perspectives médicales.

Retour sur son parcours

Diplômée Docteur en Médecine Vétérinaire à l’Université de Liège en 2007, elle poursuit son parcours scientifique en entamant un doctorat en tant qu’aspirante F.R.S.-FNRS au sein du laboratoire d’immunologie-vaccinologie de la faculté de médecine vétérinaire, sous la supervision du Professeur Laurent Gillet. Elle s'intéresse dans sa thèse aux stratégies d’immunoévasion développées par les gammaherpèsvirus, et en particulier aux rôles joués par certaines glycoprotéines virales pour échapper à la reconnaissance par les anticorps spécifiques de l’hôte.

A l’issue de ce doctorat, elle obtient un mandat de chargée de recherches F.R.S.-FNRS. Ce financement lui permet de réaliser un séjour postdoctoral au sein du laboratoire de Toby Lawrence dans le centre d’immunologie de Marseille Luminy (CIML) et d’acquérir une plus grande expertise dans le domaine de l’immunologie fondamentale.

Ces deux facettes de son parcours (virologie et immunologie fondamentale) ont constitué des atouts majeurs pour étudier l’importance des interactions virus-hôtes. De retour au sein du laboratoire d’immunologie-vaccinologie de l'ULiège, elle développe avec le Professeur Laurent Gillet une nouvelle thématique portant sur l’influence de certaines infections virales respiratoires sur le système immunitaire inné et plus particulièrement sur les monocytes.

Ces recherches, publiées en 2017 dans Nature Immunology, ont conduit à la découverte étonnante chez la souris que l’infection par un gammaherpèsvirus protégeait complètement du développement de l’asthme allergique.

B. Machiels s'intéresse depuis lors essentiellement aux mécanismes qui déterminent la polarisation des monocytes-macrophages vers un profil pro-inflammatoire ou régulateur et sur les conséquences à long terme de cette "éducation" pour l’immunité de l’hôte. Ces travaux ont constitué la base de son projet "VIROME" (VIral Regulation Of Monocyte Education), ayant reçu un financement européen "ERC Starting Grant" en 2019, et lui ont permis d’obtenir en octobre 2020 un mandat de chercheur qualifiée F.R.S.-FNRS.

Ses projets pour l'avenir

Alors qu'elle vient être nommée en tant que chercheur qualifiée F.R.S./FNRS, elle développe sa propre équipe qu'elle espère emmener vers des projets scientifiques ambitieux et porteurs. Dans le futur, Bénédicte Machiels souhaiterait également s’impliquer davantage dans les missions d’enseignement relatives à sa thématique de recherche.

Son conseil pour les (futur·e·s) docteur·e·s ?

Il importe d'être persévérant·e car le parcours du chercheur est composé de très nombreux échecs… Il faut être éclairé·e par l’ensemble de ceux-ci pour avancer dans la bonne direction ! Soyez aussi attenti·f·ve et curieu·x·se face à toute observation surprenante… c’est là souvent que démarrent les histoires les plus intéressantes !

Partagez cette page