Catherine Defeyt est actuellement en charge des recherches sur la Matière picturale au Centre Européen d'Archéométrie, ce qui l’amène à travailler sur de nombreux projets interdisciplinaires comme l’analyse de peintures rupestres à Font-de-Gaume, l’analyse de peintures murales de tombes thébaines, ou encore sur les peintures murales d’Ostia.

imageLarge

Magritte on practice

Issu d’une étroite collaboration entre les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB) et le Centre Européen d’Archéométrie (CEA) de l’Université de Liège, le projet de recherche, Magritte on practice, consiste en l’étude systématique de la plus vaste collection du monde d’œuvres peintes par l’artiste, celle du Musée Magritte de Bruxelles, par  le biais de tout un arsenal de techniques d’analyse physico-chimique et d’imagerie scientifique non invasives.

Ce projet, débuté en 2016, a permis de donner un nouvel éclairage sur l’œuvre peint de René Magritte (1898 - 1967), à travers le prisme de sa matérialité. Grâce à la portabilité des instruments dont dispose le CEA, l’ensemble des examens et analyses est réalisé in situ, dans une salle du musée mise à la disposition des scientifiques.

Au-delà d’une connaissance approfondie du processus d’élaboration et des matériaux constitutifs d’un corpus d’œuvres couvrant l’entièreté de la carrière de l’artiste (50 peintures à l’huile et 10 gouaches réalisées entre 1921 et 1963), il s’agit de cerner au mieux Magritte en tant que praticien, de découvrir des œuvres de jeunesse inédites ou disparues, et, d’élucider les causes des altérations atypiques de la couche picturale qui affectent de manière récurrente les œuvres de jeunesse du peintre.

Sa vie de

chercheuse

En un mot?

Un rêve éveillé

En un chiffre?

Une myriade (d’idées)

 

En un lieu ?

Face à un tableau

    

Retour sur son parcours

Après une formation en conservation-restauration des peintures à l’ESA St-Luc de Liège, Catherine Defeyt effectue un Master en archéométrie à l’Université de Liège en 2008. Particulièrement intéressée par l'étude des matériaux modernes et leurs implications dans la conservation-restauration des œuvres d’art modernes et contemporaines, elle entreprend ensuite une thèse de doctorat en Art et sciences de l’art au sein du Centre Européen d’Archéométrie (UR Art, Archéologie, Patrimoine) consacrée aux phtalocyanines, pigments organiques de synthèse largement utilisés par les peintres du 20ème et 21ème siècles.

En 2014-15, elle effectue un postdoc au Getty Conservation Institute à Los Angeles où elle entreprend des recherches sur les peintures industrielles utilisées pour la création et la restauration de sculptures extérieures modernes et contemporaines ; ainsi que sur la pratique artistique de Sam Francis.

Depuis son retour en 2015 au CEA, elle est en charge des recherches sur la Matière picturale, ce qui l’amène à travailler sur de nombreux projets interdisciplinaires comme l’analyse de peintures rupestres à Font-de-Gaume, l’analyse de peintures murales de tombes thébaines, ou encore sur les peintures murales d’Ostia.

Son conseil aux (futur·e·s) docteur·e·s ?

Suivez la pensée de Marie Curie : « Je suis de ceux qui pensent que la science est d'une grande beauté. Un scientifique dans son laboratoire est non seulement un technicien : il est aussi un enfant placé devant des phénomènes naturels qui l'impressionnent comme des contes de fées. »

  

Ses projets pour l'avenir

Depuis 2019, C. Defeyt est en charge du projet Fed-twin Face to Face (ULiège-MRBAB) qui vise à jeter un nouvel éclairage sur la représentation du visage humain dans la peinture occidentale, à travers le prisme de l'histoire de l'art technique. Tout comme Magritte on Practice, ce projet demande une mise en relation des données scientifiques avec les critères de l’histoire de l’art. Dans ce cadre elle a récemment mené une étude matérielle et technique sur le chef d’œuvre « Marat Assassiné » de J-L David dont les secrets seront dévoilés lors d’une exposition aux MRBAB.  

Elle a en parallèle démarrer un projet sur la pratique d’un autre artiste belge bien connu, Paul Delvaux.

Partagez cette page