Kevin Noiroux est Docteur en Langues et Lettres de l'Université de Liège. Il a consacré sa thèse de doctorat à la correction des erreurs de langue commises dans le cadre d’une expression écrite rédigée en anglais langue étrangère par des élèves du secondaire. 

imageLarge

Fautes de langue : comment corriger pour mieux apprendre

Lorsque les élèves du secondaire rédigent une expression écrite en anglais, leurs professeurs corrigent généralement les fautes de langue. Kevin Noiroux a tenté de déterminer si cette pratique était bénéfique pour l’apprentissage des élèves, et le cas échéant, comment il fallait corriger les erreurs pour rendre la correction la plus efficace possible.

Le résultat de ses recherches indique que la correction des erreurs peut être bénéfique pour les élèves, autrement dit peut les aider à ne plus commettre les mêmes erreurs dans de futures productions écrites. Cependant, il faudrait que les enseignants se limitent à corriger un nombre raisonnable d’erreurs, et donc pas nécessairement toutes les erreurs. En outre, il faudrait essayer de corriger les erreurs des élèves dans un contexte formatif, c’est-à-dire un contexte dans lequel les élèves ne sont pas notés. Ainsi, ces derniers peuvent se concentrer sur leur apprentissage sans se soucier des points.

Sa vie de

chercheur

En un mot?

Correction

 

En un chiffre ?

3539

erreurs encodées et analysées !
 

En un lieu ?

La classe

 

Retour sur son parcours

À la suite de son bachelier en langues et littératures modernes, orientation germaniques, Kevin Noiroux entame et réussit 3 masters à l'Université de Liège : un master en langues et littératures modernes, orientation germaniques, à finalité approfondie en 2009 et didactique en 2010 et un master en langues et littératures françaises & romanes orientation français langue étrangère en 2011.

Il poursuit par un doctorat, tout en travaillant en tant que professeur d’anglais à l’Institut Supérieur des Langues Vivantes de l'ULiège.

Son conseil aux (futur·e·s) docteur·e·s ?

La thèse est un travail de longue haleine à réaliser en autonomie. Il est important de se fixer de petites échéances régulières et réalistes, et de trouver un moyen de ne pas pouvoir s’y soustraire. 

Ses projets pour l'avenir

K. Noiroux souhaite continuer à développer ses compétences de chercheur en travaillant sur le terrain dans un contexte écologique et pragmatique.

Partagez cette page