David Stawarczyk s'intéresse aux processus cérébraux et psychologiques impliqués dans la remémoration de nos propres pensées. Il est aujourd'hui dans la « Return Phase » d’une bourse « Global Fellowships » des Actions Marie Skłodowska-Curie, cela après un séjour de recherche de 30 mois à la Washington Univesity de St. Louis.

imageLarge

De la mémoire à la pensée

Si de nombreuses études en psychologie et neurosciences cognitives ont examiné les processus cérébraux et psychologiques impliqués dans la mémoire, peu se sont spécifiquement intéressées à la remémoration de nos propres pensées.

Les études récentes qui ont investigué les caractéristiques de nos pensées au quotidien ont démontré qu’une partie substantielle d’entre-elles porte sur la planification de situations à venir. Pour que ces pensées puissent guider nos comportements futurs, il est nécessaire de pouvoir nous en rappeler au moment opportun.

L’objectif des travaux de recherche primés était, d’une part, d’examiner à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique quelles régions du cerveau sont impliquées dans la récupération en mémoire de nos pensées et, d’autre part, de déterminer quels sont les principes fondamentaux qui structurent le rappel de nos pensées.

Des travaux innovants

Ces travaux ont permis de faire avancer les connaissances sur le fonctionnement l’esprit humain en démontrant que, malgré l’aspect éphémère et fluctuant de nos pensées, il est possible d’examiner scientifiquement les processus cognitifs et neuronaux impliqués dans leur remémoration.

Ils ont plus spécifiquement démontré que la structure du rappel de nos pensées est basée sur les mêmes principes fondamentaux que le rappel de listes de mots largement étudié en psychologie cognitive.

Au niveau neuronal, les recherches de D. Stawarczyk ont démontré que l’activité de certaines régions du cerveau est spécifiquement modulée par le rappel de nos pensées comparé à d’autres types de rappel, tel que celui d’objets préalablement perçus. Les régions du cerveau plus actives lors de la remémoration des pensées recouvrent celles qui sont généralement les plus gravement touchées par certaines formes de démences, telle que la maladie d’Alzheimer, suggérant qu’il pourrait être intéressant d’investiguer le rappel des pensées dans le vieillissement pathologique.

Sa vie de

chercheur

En un mot?

Persévérance

En un chiffre ?

42

En un lieu ?

Salle de contrôle

Projets pour l'avenir

David Stawarczyk souhaite obtenir un poste permanent, si possible principalement orienté vers la recherche en milieu académique, afin de former sa propre équipe et enfin pouvoir concrétiser toutes les idées et plans d’études scientifiques qu'il a emmagasinés en mémoire au cours des années.

Son conseil pour les (futur·e·s) docteur·e·s ?

À certains égards, devenir chercheur est comme devenir artiste. Il faut être créatif, autonome, innovant, ouvert aux critiques et ne pas hésiter à remettre en question aussi bien soi-même que les idées établies. C’est plus qu’une attitude dans laquelle vous vous engagez, c’est un mode de vie. 

Partagez cette page